L’enjeu de la Clown Récit’Action ®dans les écoles

L’école ne nous apprend pas à prendre la parole devant un auditoire pour exprimer une expérience personnelle. Or cet apprentissage soutient le développement du processus démocratique.

L’action démocratique présentée comme emblématique est celle de déposer son bulletin de vote dans une urne. La participation aux échanges collectifs, la coopération, l’entraide, la découverte et la réalisation de nos aspirations profondes nous apparaissent d’une importance bien plus cruciale.

Quitter la posture immobile des bancs de l’école et exposer sa parole personnelle marque l’avènement de l’autonomie. L’expérience scolaire développe peu l’apprentissage du contact avec son intériorité, ni l’apprentissage de l’extériorisation, ni celui de la participation et de la solidarité.

Or comment participer à la démocratie sans revenir à l’expression de ses besoins, de ses désirs, de ses élans vers le changement ? Comment exprimer ses aspirations sans d’abord contacter ses ressentis ? Et comment contacter ses ressentis sans découvrir au passage son mode de fonctionnement que l’on pourrait appeler « sa démocratie intérieure » avec ses gouvernements successifs ?

La posture « assise sur une chaise » provoque un assoupissement, une débranchement de sa propre créativité voire un arrêt des fonctions intellectuelles. Françoise Dolto est l’une des premières à avoir médiatisé le fait que l’attention d’un enfant est démultipliée lorsqu’on lui permet de circuler librement. Il s’agit aussi de quitter les conditionnements aux mouvements restreints qui sont transmis inconsciemment d’adulte à enfant.

L’école n’enseigne pas l’expression orale et corporelle libérée de tout jugement, nécessaire à la libération de son imagination et la quête de ses aspirations professionnelles les plus profondes. Or le déclencheur de la créativité est corporel. Pourquoi ne pas se laisser surprendre et enseigner par notre liberté de mouvement naturelle ? Pourquoi ne pas apprendre à personnaliser son expressivité plutôt qu’à l’aligner sur des schémas stéréotypés ?

L’élaboration de la parole suit des chemins très différents d’une personne à l’autre. La sociocratie enseigne que certains pensent en parlant et d’autres élaborent en silence puis parlent. Cette distinction créée des temporalités de prise de parole très différentes, qu’on pourrait schématiquement nommer les fougueux et les contemplatifs. Pourquoi ne pas prendre le temps de créer des conditions d’écoute qui respectent ces temps nécessaires à l’élaboration d’une parole ?

Nous avons presque tous été éduqués selon une structure de prise de parole pyramidale où notre participation ne pouvait intervenir qu’à des moments bien déterminés et où la parole circulait peu entre enfants. Or face à un énoncé nous pouvons être remués, interpellés, questionnés et avoir envie et besoin d’interagir, de contribuer par notre créativité, de rebondir. C’est par un ping-pong créatif que s’ajuste notre compréhension, que s’affermit notre raisonnement, que s’installe un sentiment de responsabilité et que le processus d’individuation se construit.

Nous oublions souvent que avons besoin autant d’actions que de contemplations. Nous ne sommes pas conçus pour les échanges à bâtons rompus, qui précipitent nos réactions et nous empêchent d’accéder à une pensée claire. Pour dialoguer de manière constructive, nous avons besoin de temps d’appropriation. La pratique de la méditation intégrée à la prise de parole permet d’augmenter la qualité de nos échanges. Pourquoi ne pas l’enseigner dans nos écoles ?

La communication électronique (mail, SMS), si efficace soit-elle, ne permet pas le répondant spontané, l’ajustement à son ressenti, la mise en circulation fluide des idées, la prise en compte des temps d’intégration de ses interlocuteurs. Nous avons besoin de nous retrouver humainement pour que s’échangent les informations les plus importantes et que nos dons de co-créativité s’enclenchent.

Nous avons développé des espaces d’expressions libres et personnalisés centrés autour d’un dispositif à vivre : la clown récit’action ®, qui permet de nous entraîner à une « participation personnalisée » incluant la pratique de la méditation, dans une ambiance de solidarité. Par son innocence, le clown permet d’aborder les questions existentielles et les problématiques citoyennes les plus urgentes.

La compagnie ClownEssenciel propose des stages de clown récit’action ® dans les écoles, les bibliothèques, les maisons de retraite, les MJC, les maisons de quartiers, les centres d’animation, les réseaux d’éducation populaire, les hôpitaux, les centres de soins, les lieux de vies communes, les entreprises sociales et solidaires et tous événements en lien avec les dynamiques de participation qui tiennent compte des individualités.

LYDIE TAÏEB

Diplômée d’écoles d’ingénieurs (Supélec, Technische Universität Darmstadt), ex-ingénieure chez EDF. Rencontrant l’art du clown en 2002, elle découvre le nouveau clown et la méditation tibétaine et développe depuis lors la « pédagogie du clown éveilleur ». Formée par l’Institut Diamant et par Jean Puijalon à la méditation tibétaine, à la conscience corporelle, aux fondamentaux de la psychologie jungienne et à la Sémantique Générale, elle pratique la danse des 5 rythmes auprès de Marie Motais, la danse de l’être avec Fabienne Courmont et travaille le clown avec Albert Solal, Hervé Langlois, Ira Seidenstein, Laura Herts, Rosine Rochette, Ingrid Marcq, Manuel Frechin.

Son profil complet est disponible sur LinkedIn

ISABELLE CHARDON

Tour à tour éducatrice de jeunes enfants, professeur puis directrice d’école, passionnée de pédagogie, elle mène pendant 25 ans une carrière dans le champ de la petite enfance et à l’Education Nationale. Depuis 2014, elle est installée en tant qu’art-thérapeute, diplômée d’un Master 2, « Création Artistique, mention art-thérapie, spécialité dramathérapie » et travaille à ce titre pour différentes institutions. Elle anime régulièrement un atelier de clown-thérapie à l’hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif (94).

Son profil complet est disponible sur LinkedIn

Contactez-nous !

06 69 31 27 28

lydie.taieb@gmail.com

www.clownessence.fr

Share